Coup de Coeur Retour
16 December 2019

Revue de l'année 2019 : Electro

2019, c'était tellement plus que le reste - comme d'habitude. Ici, le meilleur du meilleur tout le temps de l'année, selon nos émissions electro : SchizophrénieInfinibitLe 120e Parallèle et Le Programme

Guillaume Nolin / Schizophrénie

Bogdan Raczynski - Rave 'Till You Cry : Douze ans après son dernier album, cette compilation archéologique lui permettra peut-être enfin de se hisser dans le panthéon des légendes. Complètement déjanté et encore en avance sur son temps.


Caterina Barbieri - Ecstatic Computation : Une symphonie de synthèse où les boucles se répètent mais ne se ressemblent jamais tout à fait. Un superbe monument qui défie tout exercice méditatif.


Floating Points - Crush : Le britannique vise ici quelque part entre le club et le salon, faisant mouche. Le plus doux et joyeux des albums cérébraux et menaçants.


Nathan Micay - Blue Spring : Un maximaliste au pays des minimalistes, Micay escamote toute subtilité. Il beurre épais, mais c'est euphorique.


Nkisi - 7 Directions : Un alliage captivant de synthés distordus et des rythmes les plus brutaux de l'année. Ni dansant ni planant, mais peu importe.


Jérôme LeBel / Infinibit

AGOGO - When The Lights Turn Off (Late Night Euro Dance Mix) : Petite perle d'eurodance qui vient directement d'Italie.


Emmanuel Jal, Nyaruach - Ti Chuong (Musumeci Supernatural Remix) : Excellent remix de Musumeci qui va peut-être vous faire découvrir Emmanuel Jal et Nyaruach.


Gheist - Arrival : Belle progression dans ce morceau de Gheist.


Gullen - Sumatra : Parfaite balance entre un bon son saturé dans une pièce bien éclairée. À ré-écouter plus d'une fois.


Hotel Pools - Glow : Malgré qu'il soit impossible d'être tanné d'entendre Resonance de HOME, voici la suite non officielle de 2019!


Renaud G. Gendron + Vincent R. Paquet / Le 120e parallèle

DJ Harvey - The Sound of Mercury Rising Vol. II : DJ Harvey, toujours au sommet de sa forme, rassemble une série de perles dans le style disco / downtempo / baléaric. Le genre de tracks que tu écoutes et qui te font sentir au festival Love International même en pleine heure de pointe, jammé dans le métro sur la ligne orange.


Octo Octa - Resonant Body : Un album qui représente exactement le style breakbeat qu'on aime au 120ème parallèle, avec un message politique et social fort en prime.


Floating Points - Crush : Un album qui sonne comme le brainchild d'Aphex Twin et Jon Hopkins, par un des génies sonores de notre époque.


Night City Life compiled by Ilan Pdahtzur : La meilleure compilation de 2019, sans aucun doute. Pour avoir une idée du son qu'on aime au 120ème parallèle, écoutez la compilation du début à la fin, et c'est pas mal ça.


Nathan Micay - Blue Spring : Un peu d'amour canadien pour Nathan Micay, qui poursuit dans sa quête de faire revivre la musique trance et les années 1990, avec un grand succès il faut dire. 


Dany Gallant + Guillaume Veilleux / Le Programme

Fabrikate - Made Me Feel (Kookoo) : 3 ans après Bodies, Fabrikate revient en force avec Made Me Feel, un album franchement bien produit qui nous rappelle les temps forts de la scène disco de Montréal de la fin des années 70. C’est joyeux, chaleureux - on sent la passion et le soucis du détail dans chaque pièces. Bref, un très bon album de disco-house qui fera beaucoup de chemin en 2020.
 

Danger - Origins (1789 records) : Avec son deuxième opus, Frank Rivoire a choisi de s’inspirer des trames sonores des années 80, amalgamant effets sonores retro et jeux vidéo. S’inscrivant dans une lignée similaire à son premier album (太鼓 - Taiko), l’artiste électro français propose un son moins agressif, plus introspectif, entièrement instrumental, nostalgique et qui plaira assurément aux fans de genre.


Bronswick - Nuits Plurielles (Lisbon Lux) : Avec leur premier album en main, Bronswick explore l’immuable complexité des relations humaines, conjuguant avec aisance rythmes minimalistes, textures uniformes et harmonies vocales discrètes. Nuits Plurielles est un album aérien qui confond nostalgie et modernité, amour et sexe, passé et présent. Les paroles captivantes de Catherine Coutu qui s’adossent aux rythmes enivrants de Bertrand Pouyet donnent un résultat des plus cohérent et magnifique. À écouter : La sécheresse, Peupler le monde et Mes automatismes


SebastiAn - Thirst (Ed Banger) : Finalement! 8 ans et 6 singles plus tard, SebastiAn sévit encore avec autant de force qu’avec son Total (2011). Dans son ensemble, Thirst se déploie sous de multiple facettes : l’électro qu’on lui connaît bien avec Movement, les airs mélancoliques de Better Now ou Run For Me aux sonorités hip hop de Yebo ou Sober et frisant la pop-rock avec Handcuffed to a Parking Meter. À écouter plusieurs fois pour en apprécier sa pleine saveur. 


Jacques Greene - Dawn Chorus (Lucky Me) : Deux ans après Feel Infinite, Philippe Aubin-Dionne récidive avec son deuxième album complet, Dawn Chorus, véritable ode à la musique post-club. Il s’agit d’un album sur le club et non pour le club avec, entre autre, des collaborations de Cadence Weapon, Clams Casino, Rochelle Jordan et Travis Stewart (Machinedrum). Jacques Greene impressionne en se réinventant de nouveau. À écouter : Serenity, Night Service et For Love


Mention spéciales:

  • TNGHT - II (Warp / Lucky Me)
  • Cassius - Dreems (Universal)
  • Tepr - Technosensible (Parlophone)
  • The Chemical Brothers - No Geography (Universal)
  • L’impératrice - Matahari  (microqlima)
  • French79 - Joshua (Alter K)