Coup de Coeur Retour
16 October 2015

Le film du moment : Trois souvenirs de ma jeunesse

Si vous vous sentez l'âme romantique en ce début de grisaille, courez vite voir sur grand écran la plus belle histoire d'amour de l'automne.

Depuis plus de vingt ans, Arnaud Desplechin poursuit une œuvre extrêmement dense et cohérente, marquée par une fascination pour les sciences humaines et l'histoire, et les fantômes de la Nouvelle Vague. Dans ce voyage l’accompagne bien souvent son alter ego cinématographique, Paul Dédalus, généralement interprété par l’indispensable Mathieu Amalric. Comme son titre l'indique, son nouvel opus présente, sous forme d'antépisode, trois souvenirs de la jeunesse du personnage de Paul. Enfance, Russie et Esther : trois souvenirs aux tons hétérogènes qui composent un film exalté.

Élevé dans une famille dysfonctionnelle, marqué par un rocambolesque voyage derrière le Rideau de fer, Paul Dédalus a 20 ans et débute de longues études d'anthropologie. C'est alors qu'il rencontre Esther la fabuleuse. Comment se construit l’identité ? Comment se compose le territoire de la mémoire ? Quelles sont les marques durables d’un premier amour prodigieux ? Grâce à une structure narrative entre passé et présent, Desplechin nous fait voyager entre lyrisme et mélancolie, à l’âge de tous les possibles. Et si Mathieu Amalric reprend brièvement du service pour incarner un Paul adulte, place maintenant à Quentin Dolmaire et Lou Roy-Lecollinet, de tous jeunes comédiens renversants de magnétisme. S’il le faut, voyez le film juste pour eux !

Trois souvenirs de ma jeunesse est une rareté : intello mais avec des sentiments, cérébral mais charnel. À ne pas manquer, présentement à l'affiche de l'Ex Centris et du Beaubien.