Nouvelles Retour
Actualités  |  
3 avril 2014

Retour sur notre poisson d'avril par Jarrett Mann - DG de CISM

Si vous saviez comment les dernières journées ont été très stimulantes à CISM… Je dois admettre que ce poisson d’avril a pris des proportions qui dépassent de loin ce que j’avais imaginé. En fait, toute l’équipe de CISM a été pris un peu de cours par l’ampleur qu’a prise notre blague. La raison étant bien simple, je crois que nous avons, d’une certaine manière, sous-estimé le profond attachement et l’amour que nos auditeurs ont envers CISM. Les centaines de réactions que nous avons lues sur les médias sociaux nous ont profondément touchés. Ça venait du coeur ! Les gens aiment réellement CISM et tiennent à son mandat premier de promouvoir la culture émergente, surtout du côté musical.

 

Plusieurs ont demandé quel était le but de ce poisson d’avril ? Initialement, ça ne devait être que pour s’amuser. Oui, derrière tout ça il allait y avoir un certain « statement » pour réaffirmer le « vrai » mandat de CISM.  Mais pour être bien honnête, on voulait surtout rire un coup avec nos auditeurs. Finalement notre poisson d’avril est devenu bien plus que ça. Nous avons été témoins du cri du coeur d’une frange de la population qui tient farouchement à des médias indépendants comme CISM et qui craint sérieusement leur disparition. Qu’autant de personnes puissent moindrement croire que CISM pourrait devenir du jour au lendemain une radio commerciale démontre une espèce d’appréhension généralisée comme quoi les médias indépendants pourraient disparaître sous le poids de la conformité (et de la rentabilité).

C’est vrai  que la disparition de Bande à part est encore récente. À Montréal, nous avons aussi assisté au cours des dernières années à la disparition de plusieurs journaux aux mandats semblables à celui de CISM, tels que le Mirror, le Hour et le ICI. Ces médias sont fort probablement disparus parce qu’ils n’ont pas su s’adapter aux nouvelles technologies à l’ère du Web. Est-ce que le même sort attend les radios ? Si elles ne s’adaptent pas aux nouvelles technologies et aux nouvelles habitudes d’écoute, la réponse pourrait malheureusement être oui. C’est pourquoi à CISM, il y a un an, nous avons entamé un grand projet pour moderniser nos plateformes d’écoute. D’abord en faisant une refonte complète de notre site Internet en lui intégrant un nouveau système de podcast, d’écoute sur demande et d’écoute en direct. Nous avons également signé une entente avec iTunes pour permettre à CISM d’y héberger et gérer son propre portail de podcasts. Et très bientôt CISM va passer en mode mobile, avec une application mobile qui pourrait révolutionner la manière dont nos auditeurs nous écoutent ! Pour les puristes des ondes, nous avons aussi fait des investissement dans nos équipements radiophoniques pour améliorer notre qualité sonore sur la bande FM.

En terminant, en ce qui concerne de rendre CISM « plus accessible », soit l’aspect qui a fait le plus réagir lors du lancement du canular jeudi dernier, et bien j’ai une annonce pour vous: CISM EST DÉJÀ TRÈS ACCESSIBLE ! Elle est accessible à tous ceux qui sont ouverts à la découverte, à l’audace, à l’originalité et surtout à la non conformité. CISM est accessible à ceux qui recherchent une voix qui détonne dans notre paysage radiophonique, qui ne se plie pas à la facilité et qui restera à jamais libre et indépendante ! N’ayez crainte, CISM c’est l'avenir de la radio et elle est là pour rester ! 

P.S. À tous ceux qui ont moins le sens de l’humour, bien désolé de vous avoir infortunés avec notre blague, mais j’espère que vous trouvez un certain réconfort en sachant que vous auriez été pas mal plus en maudit si tout ça avait été vrai. J’aimerais aussi m’excuser aux nombreux journalistes à qui je n’ai pas répondu concernant vos demandes d’entrevues au cours des derniers jours, c’était nécessaire pour maintenir le mystère.

 

Chronologie d’un poisson d’avril

Pour la petite histoire, voici le « behind the scenes » de notre canular.

Au mois de février dernier, lors d’une rencontre hebdomadaire de la direction de CISM, Étienne Dubuc, directeur de la programmation de CISM, fait une proposition complètement inattendue. Il propose que le 1er avril, le temps d’une journée, CISM change son mandat et devienne une radio commerciale ! C’est un OUI enthousiaste de toute l’équipe qui n’hésite pas un instant. Je propose alors qu’on « tease » le public avec des préannonces du changement de mandat si on souhaite donner une chance que le canular fonctionne. On opte pour un éventuel communiqué de presse et une nouvelle sur notre site, il n’en faudra pas plus…

Mi-mars nous partageons le projet avec une douzaine d’animateurs de CISM, soit tous ceux qui ont une émission en ondes les mardi et qui seront donc directement affectés le mardi 1er avril. Tous embarquent avec enthousiasme et commencent à préparer leur contenu « original » pour le poisson d’avril. Ensuite, c’est seulement le matin du jeudi 27 mars, quelques heures avant la sortie de la fausse nouvelle au grand public, que nous informons la balance des 120 animateurs bénévoles de CISM que nous préparons un grand coup et qu’on a besoin qu’ils embarquent avec nous. Encore une fois, aucune objection, tous suivent le jeu à merveille. La seule consigne que nous leur avons donnée était de ne pas nous contredire publiquement, donc ne pas dévoiler que c’est un canular. 

Le jeudi 27 mars à 17h30, un communiqué très vague est envoyé aux médias et la nouvelle est affichée sur la page d’accueil de notre site web: « CISM se repositionne! Moins alternatif, plus accessible! ». Il n’en fallait pas plus pour que les médias sociaux s’enflammen t! En à peine quelques heures, la propagation de la fausse nouvelle et les vives réactions qu’elles suscitent dépassent déjà de loin ce qu’on aurait pu imaginer. Sauf que dans l’excitation du moment, j’oublie d’informer des personnes très importantes : les membres du conseil d’administration de CISM ! Ce n’est pas long que mon téléphone se met à sonner, mais heureusement tous endossent la démarche. Le lendemain, vendredi 28 mars, c’est au tour de la FAECUM (Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal) d’être contactée par les médias pour avoir des explications. De connivence avec le CA du CISM, la réponse officielle est qu’ils ne sont au courant de rien et qu’il y aura rencontre d’urgence du conseil d’administration dans les jours qui suivent pour demander des explications à la direction de CISM. Évidemment, tout ça est faux. 

En parallèle, des émissions phares de CISM, tels que London Café, Rythmologie, Ghetto Érudit et L’Âme Hi-Fi, commencent à annoncer que, dû au changement de mandat de CISM, ils vont quitter les ondes ! Il n’en fallait pas plus pour enflammer à nouveau les médias sociaux et pour confondre les sceptiques qui se doutaient bien que tout ça était un poisson d’avril. Le doute est installé dans le public; si c’est un poisson d’avril, ça commence à faire pas mal de monde dans le coup… Est-ce que ce changement de mandat pourrait être vrai ? 

Une page Facebook, Sauvons le SON de CISM 89,3 FM, est rapidement créée par Oliver Vinette, un des représentants des animateurs bénévoles de la station et qui est bien sûr dans le coup. La page finira par atteindre plus de 1000 abonnés ! 

Pendant tout ce temps, la direction de CISM (mes collègues et moi) ne disons rien ! Aucune entrevue, aucun commentaire sur les médias sociaux, rien, nada ! On ne répond même plus au téléphone à la station ! On renonce même à annoncer le faux changement de mandat sur la page Facebook et compte twitter de CISM. Pourquoi faire ? Notre silence alimente clairement le mystère et contribue à propager la nouvelle.

Je fais par contre une seule intervention, mais sous un faux nom… M’inspirant des centaines de commentaires qui circulent sur les médias sociaux, le vendredi soir 28 mars, je ponds en quelques heures un vidéo qui reflète toutes les craintes et frustrations des gens envers le changement appréhendé de CISM : Hitler apprend le virage de CISM. C’était la cerise sur le sundae pour nourrir le feu pendant le week-end.

Lundi 31 mars, après une fin de semaine complète à regarder l’histoire se propager comme un feu de forêt hors de contrôle, c’est le retour au boulot. Prochaine phase de la blague, dévoiler notre nouveau logo (affreux !) qui va de pair avec notre nouveau mandat. La joke se poursuit…

10154211_10152298654788180_3973558_n

Mardi 1er avril, le grand jour est enfin arrivé ! Dès 6 heure du matin débute une programmation comme on en a jamais entendu à CISM ! C’est le monde à l’envers au 89,3 FM ! De Marjo à Nickleback en passant par Éric Lapointe et Francis Martin ! Chapeau à Benoit Poirier, notre directeur musical, pour ses Mix 25 RÉTROS remplis de plaisirs coupables. Bravo à tous les animateurs qui ont monté des émissions « extraordinaires » en ce premier avril. Chapeau aussi à Marc-André Laporte, directeur marketing de CISM, et à Mohammed Ghrib, notre directeur technique, pour leurs superbes fausses pubs radios, dont celle annonçant le tirage en ondes d’une voiture PAR JOUR ! À mesure que la journée avance, la majorité de nos auditeurs comprennent maintenant que tout ça est un coup monté, la frustration véhiculée sur les médias sociaux s’estompe et on rit un bon coup ensemble. Désolé à ceux qui se sont fait avoir jusqu’au bout et qui ont pris le temps de nous appeler à la station pour se plaindre à notre directrice culturelle Zoé Protat. Je vais vous dire ce qu’elle ne pouvait pas à ce moment là : C’EST UN  POISSON D’AVRIL ! 

Et la suite maintenant ? Et bien CISM deviendra effectivement « plus accessible » (un beau jeu de mot de Marc-André Laporte) avec la sortie en mai de notre nouvelle application mobile qui pourrait révolutionner la manière dont les gens écoutent CISM ! Et ça, ce n’est pas un canular !

Merci de nous écouter.                                                                                                                                                    Longue vie à CISM !

Jarrett Mann - Directeur général CISM 89,3 FM