Nouvelles Retour
Actualités  |  
24 mai 2016

Fonkynson : son premier album #followme en écoute exclusive

#followme, le premier album de Fonkynson : ton CISM t’en offre l’écoute intégrale en exclusivité. Le voilà qui est sensationnel. Pour en bonifier l’écoute et mieux comprendre, nous avons posé les bonnes questions.

CISM : Allo Fonkynson on va commencer par le début ok. Tu as deux EPs à ton actif, Thirsty (2013) et Horny (2015). Ton premier album s’appelle #followme parce que tu as déjà l’impression d’avoir fait le tour de la gamme des états provoqués ou associés à ta musique?
FONKYNSON : Il s'agissait de thématiques liées au format EP. Nouveau format, nouveau concept, nouveau message: je ne vois pas forcément de liens entre les releases. Depuis 2 ans, les réseaux sociaux sont une grosse partie du travail de promotion et ayant les mains dedans un peu trop parfois, j'ai vu certaines absurdités, et j'ai eu envie d'en faire le sujet-thème de l'album.

CISM : Le titre de l’album serait associé à tes enviables stats web – veux-tu bragger un peu?
FONKYNSON : Je ne pense pas avoir de grosses stats web; j'ai un bon following Soundcloud, mais là encore c'est loin d'être énorme. Comme je disais plus haut, en ayant fait un peu trop de réseaux sociaux, j'ai eu cette impression de gavage d'informations, que tout le monde se mettait à essayer d'attirer l'attention pour que finalement, les likes se mettent à compter plus que tout. #followme est une satire des personnes qui perdent le sens des réalités, pour s'enfoncer dans ce monde où tout est virtuel, où un like stimulerait plus la sérotonine qu'un sourire. Oui ça va loin.

CISM : Jase-nous de la pochette – c’est toi qui as choisi les dessins?
FONKYNSON : Nous avons trippé sur le style d'un graphiste, nous l'avons contacté pour savoir s'il serait intéressé par le concept. En parlant avec lui, nous avons eu cette idée de traduire cette satire par une multitude de petits dessins illustrant des exagérations. Charles nous est revenu avec des idées comme la bouche avec un acide sur la langue représentant un like, un couple s'enlaçant mais en se prenant en selfie en même temps pour updater leur profile fb, la pouffiasse qui se prend en photo mais qui n'a pas vu les chiottes derrière elle… La satire prenait forme et tout le monde en était ravi. La pochette vinyle comportera une version non censurée ;)

CISM : Qu’est-ce qui a traversé et marqué la production de l’album, en a fait une somme différente des EPs?
FONKYNSON : Plus on fait de la musique, plus on apprend, moins on a l'impression de savoir. Depuis la signature sur LLR, j'ai rencontré beaucoup de musiciens, travaillé avec certains d'entre eux, et ils avaient tous des méthodes différentes des miennes. J'avais un style de production plutôt axé sur beat/sample. Au fur et à mesure, j'ai délaissé les samples au profit de compositions plus originales, me laissant beaucoup plus de marge de manœuvre quant à des changements dans la toune. C'était aussi la première fois que je composais pour accueillir un chant, et je suis très content du résultat. C'est un format album car c'est un travail plus abouti que les EP, plus personnel.

CISM : Tu croises house, funk et disco. On fait un jeu : pour chacun des genres, choisis une piste ou un artiste marquant dans ton cheminement, afin que, en mélangeant les 3, on ait un hybride qui s’approche de ton son.
FONKYNSON : Daft Punk, Bootsy Collins et The Salsoul Orchestra

CISM : As-tu un sujet de prédilection? Si oui, c’est quoi / sinon, pourquoi pas, t’sais.
FONKYNSON : L'homme et l'univers.

CISM : Selon toi, c’est quoi la plus grande question qu’une chanson pop ait posée/soulevée?
FONKYNSON : Why Can't We Be Friends?

CISM : Quel artiste t’aimes, pis que personne pourrait s’en douter, vue la musique que tu fais?
FONKYNSON : Iron Maiden. Ouais.

CISM : C’est quoi le meilleur pire commentaire qu’on t’ait fait?
FONKYNSON : Quand des promos de Thirsty ont été envoyées, un Dj-Producteur assez connu (dont je tairai le nom) m'a envoyé un message me félicitant pour mon travail, qu'il adorait et que ça lui rappelait les premières prods qu'ils faisait, quand il était adolescent... Je savais pas trop comment le prendre. Il avait aimé ça, mais en même temps je pensais que ce que j'avais fait était un peu plus mature que ce qu'un kid pouvait faire.

CISM : C’est quand la dernière fois que tu as pleuré?
FONKYNSON : En écrivant ces lignes, alors que j'écoute Flashlight de Parliament.

CISM : Il n’y a pas de lancement prévu pour l’instant, mais ton prochain concert sera le 25 mai à C2 Montréal. Trouve un GIF qui représente comment ça va se passer pendant cette soirée-là.