Coup de Coeur Retour
19 December 2018

Revue de l'année : Hip-hop

2018 c'était une bataille, c'était une promesse, tout le temps. Ici, le meilleur du meilleur tout le temps de l'année, selon nos émissions hip-hop : Ghetto ÉruditRythmologieOn prend toujours un micro pour la vieLes meilleurs partys se passent dans la cuisineLa BeatmakerieLes Turbo Tannants + MTLUV

Marc-André Anzueto, Louis-David Anzueto et Benoît Beaudry / Ghetto Érudit

Top QC franco (sans ordre spécifique)

Obia le chef Soufflette (7ème ciel Records) : Le premier album officiel de Chief Peace, toute une claque sonore avec des productions impeccable et des textes réfléchis!


Rowjay - Hors catégorie (Indépendant) : Du vrai bon rap arrogant et intelligent. La montée de Rowjay va assurément se poursuivre en 2019.


Alaclair Ensemble - Le sens des paroles (7ème Ciel Records) : Tout ce qui compte c’est qu’on dig en cachette publiquement cette autre galette réussie des minces.


Artistes variés - We Don't Die We Multiply Vol.1 (Ghostclub Records) : Fruit de l’association entre DJ ASMA (Multiply MTL) et l’étiquette Ghostclub, c’est sûrement une des meilleures compilations des dernières années, avec un bon mélange d’up-and-comers, artistes établis et vétérans.


Fouki Zay (7ème Ciel Records) : Toute une année pour l’artiste le plus zay en ville. Avec QuietMike, ils forment un duo pour qui les hits semblent des plus naturels.

Top QC Anglo (sans ordre spécifique)

Zach Zoya & High Klassified - Misstape (7ème ciel Records) : Un potentiel de fou pour Zach, qui nous offre une belle carte de visite avec High Klass sur les prods, un succès garanti.


Mike Shabb - Northwave (Make It Rain Records) : Un artiste qui rap et qui fait ses propres beats, on a eu droit qu’à une parcelle du talent de Mike Shabb et la prochaine année sera très prometteuse pour lui.


Waahli - Black Soap (Indépendant) : Un vétéran qui nous livre son premier album solo en plus de 15 ans de carrière. Un album qui s’écoute bien du début jusqu’à la fin.


Naya Ali - Higher Self (Coyote Records) : Rarement une artiste aura eu une montée aussi fulgurante que Naya Ali en 2018. On a très hâte d’entendre la suite de son parcours jusqu’à présent sans faute.


Nate Husser - Minus 23 / 6 degrees (Cult Nation) : Husser a été très actif dans la dernière année, sortant deux d’une série de trois EP sur sa relation amour-haine avec sa ville natale. Il démontre qu’il est un des nouveaux porte-étendards du rap queb anglophone.

Étienne Champagne / Rythmologie

Kamaal Williams - The Return (Black Focus Records) : Le talent immense d'Henry Wu s'exprime avec la suite logique à son projet Yussef Kamaal paru en 2016 : brillant condensé des musiques londoniennes où se rencontrent rythmes hip-hop, grime, house, breakbeat le tout interprété par une formation jazz-funk rappelant les beaux jours des Headhunters d'Herbie Hancock.


Waahli - Black Soap (Nomadic Massive Productions) : Brillant amalgame de hip-hop et de rythmes antillais, Black Soap fait le pont entre un rap traditionnel et des sonorités contemporaines.  Fruit du travail de plusieurs réalisateurs (Lowpocus, Lou Piensa, Mixwell, Kenlo & Caro Dupont, DTCPU, Buttabeats, Waahli), le vétéran du collectif montréalais Nomadic Massive a enregistré un album témoignant tant de ses racines haïtiennes que des influences des ses nombreux voyages aux quatre coins du globe.


Les Louanges - La nuit est une panthère (Bonsound) : Musique d'une grande sensualité, La nuit est une panthère apporte un vent de fraîcheur à la pop québécoise avec ses textures empruntant autant au jazz fusion, au funk, au yacht rock qu'au hip-hop lo-fi  dont il cite MF DOOM en référence. 


Cypress Hill - Elephants on Acid (BMG Entertainment) : Tel un John Carpenter, DJ Muggs a construit la trame sonore d'un délire psychédélique enregistré en partie en Égypte et en Jordanie.  Dans la grande tradition des albums concepts propres aux années 1970, la formation de Los Angeles a enregistré non seulement son meilleur album depuis 20 ans, mais aussi un des grands bijoux oubliés de l'année 2018.  Mention spéciale au remarquable KAOS issu de la collaboration entre Muggs et le tchateur Roc Marciano.


Makaya McCraven - Universal Beings (International Anthem) : Véritable fédérateur des scènes jazz autour de la planète, le batteur et réalisateur de Chicago a partagé l'enregistrement de cet album entre sa ville natale, Londres, Los Angeles et New-York : s'en résulte un jazz très moderne dont la rythmique emprunte autant au hip-hop, aux musiques électroniques dansantes qu'aux sons de la diaspora africaine. 


Georgia Anne Muldrow - Overload (Brainfeeder) : Épaulée par la solide réalisation de Flying Lotus et d'Aloe Blacc, Georgia Anne Muldrow propose son album le plus abouti en carrière en naviguant à travers les sphères de la musique afro-américaine des cent dernières années.  Digne ambassadrice du courant afro-futurisme, son majestueux Overload sied parfaitement aux cotés des albums de Noname, The Internet et Fatima qui constituent aussi des coups de coeur de 2018.
 

Riff Tabaracci + Ramon Lebrun / On prend toujours un micro pour la vie

5 : Rowjay - Hors catégorie : À écouter le mercredi après une excrément bonne émission d'OPTUM avec la pâtissière du quartier.


4 : Les Drogues fortes - Les Drogues fortes chantent Noël : À écouter le samedi en brûlant des couteaux sur le rond de poêle avec un voisin.


3 : Alaclair Ensemble - Le sens des paroles : À écouter le mardi en regardant des reprises de Bouscotte avec un oncle atteint d'une maladie incurable.


2 : Earl Sweatshirt - Some Rap Songs : À écouter le dimanche en tricotant une paire de pantoufles à son ami végétarien, mais bien gentil.


1 : Obia Le Chef - Soufflette : À écouter le jeudi entre deux ailes de poulet à la néo-Cage aux Sports avec un collègue de travail complètement survolté.

 

Catherine Guay / Les meilleurs partys se passent dans la cuisine

5 - Wesh - Kirouac : Encore mieux qu’un poulet déjà cuit de l’épicerie, Kirouac est frais, bio et sans salmonelle. Le ep Wesh nous fait bouncer dans la cuisine, dans l’autobus et sur les trottoirs. On lui souhaite un cours de conduite et on attend le prochain effort de Kirouac et de son acolyte Kodakludo avec impatience. 


4 - French Kiss - Joe Rocca : Les fans de pop ont été nourris grâce à tout le fromage de cet album, des manteaux de poils, des néons et des tresses en masses. Même si certains le boudent, ce genre a décidément sa place dans le spectre du rap québécois.  Nous recommandons cet album pour l’étalage d’une lasagne, après 45 minutes au four à 375°C vous pourrez appeler votre kick pour lui dire : « Passe me voir j’ai tout ce que t’as besoin ».


3 - Multifruits - Caro Dupont et Kenlo Craqnuques : Caro Dupont et Kenlo Craqnuques nous ont rappelé leur talent en nous ramenant à l’essence du hip-hop, pas la vanille là, les beats. Excellent vibe pour accompagner l’entièreté de votre vie, vos partys ou tout autre activité nécessitant un livre de recettes de Françoise Bernard. 


2.7 - EM0 G0D - Jay Scøtt : Jay Scøtt est à la cuisine de CISM ce que les livres de recettes véganes sont à l’année 2018: y en a jamais trop et on ne se tanne pas d’en proclamer les bienfaits. Ce petit EP de 5 pièces a tellement joué à l’émission qu’on croit avoir brisé la bande numérique. Longue vie au Roi du rap triste.


2 - Volume un - O.G.B. : Officiellement le groupe de jazz-yo qui nous a le plus charmés cette année. Avec leur summer hit mi-salsa mi-pizza, ils ont su nous faire danser dans le studio plus d’une fois. Créativité notable de la part des amis fruités. Mention spéciale au rap de Franky Fade qui est aussi polyvalent que les recettes de Ricardo. La morale de l’histoire: 2 Vincent’S valent mieux qu’un. 

1 - Soufflette - Obia Le Chef : Ce premier album officiel était attendu en cuisine depuis 2016 et nous n’avons pas été déçus, c’est lui le chef après tout. Un peu plus pop qu’à son habitude, Obia reste un de ces rares rappeurs qui font encore des verses structurés, serrés et pertinents. Soufflette est un incontournable de l’année 2018, on était DDLD. 


(1) - La nuit est une panthère - Les Louanges : L’appartenance de Les Louanges au rap est à négocier comme la place des substituts dans le Guide alimentaire canadien, mais on n’empêchera pas le monde de manger du beurre de peanut. Après avoir dit plusieurs fois sur les ondes que c’était l’album de l’année, le voici au top de notre palmarès hip-hop. 

 

Maxime Albors / La Beatmakerie

88GLAM - 88GLAM2 : Révélé aux yeux du grand public l’année dernière avec leur mixtape 88GLAM, le duo de Toronto, composé de Derek Wise et 88Camino, confirme tout le bien que je pensais d’eux l’année dernière à la même époque. Ce second projet est comme le premier: une collection de chansons aux mélodies contagieuses dont vous connaitrez très rapidement les paroles par coeur. Signé sous XO, le label de The Weeknd, 88Glam devrait être la prochaine grande sensation rap à l’international. 


13 Block - Triple S : Cette mixtape du groupe de Sevran, en banlieue parisienne, est à mes yeux le meilleur projet de rap francophone cette année. Épaulés tout le long du projet par le talentueux producteur Ikaz Boi, les quatre rappeurs ont su élever leur niveau de jeu pour offrir 11 chansons que j’ai écoutées en boucle toute l’année. Ajouté à ça, ils vous révèlent la fameuse recette pour réussir dans la vie : la sueur, la soif et les sous.


Rowjay - Hors Catégorie : Ce n’est un secret pour personne, Rowjay est l’artiste francophone qui joue le plus à La Beatmakerie. La raison est simple : son flow est unique et il sait s'entourer de producteurs avant-gardistes (Freakey!, DoomX, Platinumwav) qui ne reculent devant rien. Hors Catégorie ne déroge pas à la règle et Rowjay fait partie des rares rappeurs en 2018 qui n’a pas peur de prendre des risques quant au choix des instrumentales sur lesquelles il pose. Son prochain projet prévu pour le début de l'année 2019 devrait mettre tout le monde d'accord.


DJ Drug Money & Brodinski - Drug Money Worldwide : Celles et ceux qui me connaissent vraiment savent que la musique d’Atlanta occupe une place de choix dans ce que j’écoute quotidiennement et dans ce que je joue à l’émission. En l’occurrence Drug Money Worldwide, la mixtape DJ Drug Money & Brodinski est exactement ce que je recherche puisqu’elle a met de l’avant une bonne dizaine de rappeurs Atlanta inconnus ou presque sur des productions de beatmakers européens et américains qui n’ont plus rien à prouver.


High Klassified - Kanvaz : J’attendais le retour d’High Klassified avec un projet solo depuis très longtemps et le moins que je puisse dire c’est que je n’ai pas été du tout déçu. Sur cinq chansons, on passe par toutes les ambiances et par toutes les émotions. Un véritable roller coaster qu’on prend plaisir à écouter en boucle quand on est la recherche d’énergie ou d’évasion. Alors qu'il a sorti un autre excellent EP avec Zach Zoya cet été, j'ai hâte de voir ce que HK nous réserve pour 2019.


Bonus : Myth Syzer - Bisous : Même si c'est bien loin d'être un album rap au sens propre du terme, Bisous fut l'un des albums que j'ai le plus écouté cette année et qui a le plus joué à La Beatmakerie. La raison est simple : Des mélodies et des paroles sorties tout droit des années 80 combinées à des instrumentales influencées par le rap d’Atlanta. Il n'en fallait pas plus pour séduire la planète rap qui ne s'attendait pas à un tel tournant pris par le producteur. Pour les plus réfractaires, rassurez-vous, il vient de sortir Bisous Mortels qui est un retour aux sources au rap sale comme on aime. 

 

Donavan Lauzon, Nicolas Simard + Julien Quintal / Les Turbo Tannants

1- Alpha Wann - Une main lave l'autre : Difficile de passer sous silence le premier album de l'ex-membre de 1995. Après trois mixtapes, Alpha Wann revient en force avec un premier effort sur lequel le rappeur de Paris déploie toute l'étendue de son talent d'écriture.


2- Obia le Chef - Soufflette : Avec ce premier long, Obia reprend là où il l'avait laissé avec son style qui nous rappelle celui des rap battles et nous offre un premier effort convaincant.


3- Les Louanges - La nuit est une panthère : On aime pour les productions bien ficelées, entre la pop, le hip-hop et le jazz.


4- Jay Scott & Smitty Bacalley - Un chevreuil : Après leur premier projet collaboratif STOCKHOLM, le duo nous offre avec Un Chevreuil, leur projet le plus abouti (si on omet de parler des Drogues Fortes). 


5- Alaclair Ensemble - Le sens des paroles : La troupe de post-rigodon bas-canadienne propose avec Le sens des paroles un album résolument dans l'air du temps avec des productions aux tendances trap.

 

Hugo Bastien AKA Yung Blagueur et Mathieu Palmer AKA Yung Bouddha et Simon Tousignant AKA ST et Riad et Philippe / MTLUV

Tizzo avec son quatuor de mixtapes : Tizzo mérite sa place dans la liste pour l’ensemble de son oeuvre en 2018. Avec les mixtapes Tu Sais Vol. 1, 51tr4p Fr4p50, Fouette Jean-Baptiste et ZOWLLOWEEN, il a solidement imposé ses adlibs et son style énergique à la scène du rap québ et s’est démarqué comme une des valeurs sûres de la nouvelle vague de street rap local. Depuis les débuts de MTLUV en mai dernier, on crie souvent « ÇA PUE! » et « ON FOUETTE! » en studio, dans la rue, dans la douche, etc.


Doni Nama - God Vybz : Un peu dans la même veine que Tizzo, Doni Na Ma nous a surpris par son univers complètement unique et déjanté. Sur God Vybz, le rappeur originaire de la Guadeloupe a montré qu’on pouvait faire du street rap et en aborder les thèmes classiques tout en réinventant un peu l’approche au niveau des flows et de l’utilisation de la voix. Si vous écoutez bien MTLUV, vous entendrez ses adlibs « tha one true god » et « piipiiuff » saupoudrés à travers nos émissions.


Rowjay - Hors Categorie EP : Le jeune finesseur Rowjay ne rate jamais, et est arrivé en 2018 avec le EP Hors Catégorie, son projet le plus peaufiné et accessible à ce jour. De plus en plus populaire de l’autre côté de l’Atlantique, le rappeur de St-Léonard fait partie d’une catégorie sélecte de rappeurs québs qui peuvent prétendre avoir un fanbase solide en France, où il est allé défendre Hors Catégorie devant des salles combles. La production, assurée en grande partie par Freakey! et DoomX (Planet Giza), montre une évolution du moule trap qui laisse entrevoir les possibilités d’évolution du genre.


Lowpocus
- Purple Thang : Lowpocus est définitivement un des beatmakers locaux s’étant le plus démarqué en 2018. Sur Purple Thang, il nous a amené dans l’univers du phonk, et nous a présenté un projet instrumental efficace, agréable à écouter et parsemé de références et de samples que les connaisseurs reconnaitront. Les collaborations avec DJ Manifest, Slumgod et Major permettent d’avoir juste ce qu’il faut de diversité sur le tape pour en faire le beattape qu’on a préféré cette année.  


Lou Phelps
- 002 / Love Me : Avec 002 / Love me, Lou Phelps est arrivé avec un des meilleurs albums de rap anglopĥone au pays en 2018. La production, assurée par des poids lourds comme Kaytranada, Planet Giza (dont on retrouve également Tony $tone sur plusieurs chansons pour des voix additionnelles), BADBADNOTGOOD et Karriem Riggins, a fait de 002 / Love Me un incontournable. Lou Phelps, avec un flow plus souple que jamais, se mélange parfaitement aux productions pour faire de cet opus notre album préféré de rap anglo québécois cette année.


Mentions honorables
Alpha Wann - UMLA
BUeLLER
- MAGGIE(Lost)
Alaclair
Ensemble - Le sens des paroles
Izzy-S
- Empire
MB
- Sourire Kabyle
Kevin Na$h - 4:00 AM
Les Anticipateurs - Bateaux Colombiens
Mac Miller - Swimming
Les
Louanges - La nuit est une panthère
Planet Giza - ZZZ