Coup de Coeur Retour
18 December 2018

Revue de l'année 2018 : Électro

2018 c'était une bataille, c'était une promesse, tout le temps. Ici, le meilleur du meilleur tout le temps de l'année, selon nos émissions électro : Code SourceSchizophrénieInfinibitDextropropoxyfeensmaak et Le Programme


Mathieu Aubre / Code Source

5. Young Galaxy - Down Time : Le duo synthpop montréalais nous aura offert son album le plus concluant à ce jour en s'éloignant du son plus dance des dernières parutions pour se permettre d'aller explorer des pièces sensibles, parfois très longue, et de nous embarquer dans un voyage évocateur, parfait pour les jours de pluie.


4. Mark Pritchard - The Four Worlds : Le génial Anglais aura lancé un court album passé particulièrement inaperçu cette année, après le succès critique de Under the Sun (2016). On voyage ici dans une trame musicale en quatre temps, qui témoigne d'une excellente polyvalence.


3. Venetians Snares x Daniel Lanois : Il y a de ces collaborations dont on s'attend à rien, mais qui finissent par offrir des résultats somptueux. L'album des deux Canadiens fait désormais parti de cette catégorie, avec des trames électronique expérimentales recherchées et des mélodies de guitares envoûtantes pour les accompagner.


2. Nils Frahm - All Melody : Si on connaissait surtout le gars pour ses talents de pianiste et de compositeur néoclassique, il plonge ici encore plus en avant dans la musique électronique en se gâtant avec une orgie de loops et d'effets qui ne font que mettre encore plus en valeur ses mélodies simples, mais hypnotisantes.


1. SOPHIE - Oil of Every Pearl's Un-Insides : Un beau voyage aux extrêmes avec de la UK Dance, de l'ambiant et du r&b sur un album qui se questionne sur le genre et les fonctions de la pop traditionnelle. On a ici affaire à de la très grande qualité, même si c'est pas ben ben vargeux en show. 


Mention spéciale à Peggy Gou et Grimes pour les meilleurs singles de l'année, respectivement pour It Makes You Forget (Itgehane) et We Appreciate Power.

Guillaume Nolin / Schizophrénie

Essaie PasNew Path + Marie DavidsonWorking Class Woman
Marie Davidson, particulièrement fière de son éthique de travail, nous refait le coup de 2016 : deux albums. Un opus obscur et dystopique avec Pierre Guerineau, l’autre en tant que diva glaciale pleinement assumée. Dans les deux cas le résultat est explosif.



Clarian ‎- Television Days : Un des meilleurs albums synthpop de l’année qui est malheureusement passé sous le radar de plusieurs. Comme si le début 80 avait incorporé toutes les trucs du house moderne.


EMINQC Volume 2 [Unlog] : Avec un formidable éventail de talents émergents montréalais, cette compilation accomplit le tour de force d’être à la fois cohérente et diversifiée, les pieds sur la piste de danse et la tête dans les nuages.


Automatisme Transit : Quand Tim Hecker ne vous suffit plus, allez faire un détour du côté de Saint-Hyacinthe pour voir ce qui se fait de mieux en musique ambiante expérimentale au Québec.


RamziPhobiza vol. 3: Amor Fati : Phoebé Guillemot continue son odyssée vers des contrées toujours plus exotiques, qu’elle vous fait découvrir à travers rythmes exotiques, timbres éthérés et échantillons floraux.


Également à souligner :
DJ Koze – Knock Knock
Objekt – Cocoon Crush
Ross From Friends – Family Portrait
Skee Mask – Compro
Yves Tumor – Safe in the Hands of Love
Leon Vynehall – Nothing Is Still
Tim Hecker – Konoyo

Jérôme LeBel / Infinibit

Sabrepulse - Exile : Légende de la scène chiptune, Sabrepulse nous offre Exile. Un album éclectique et rempli de différents genres. Sabrepulse a su garder notre intérêt tout en s'éloignant du son de ses débuts, un exploit rarement exécuté avec autant de finesse.


Mitch Murder - Hardwired : Le synthwave n'est pas mort, mais reste un genre très saturé depuis les dernières années. Mitch Murder a su sortir son épingle du jeux et continue d'être d’actualité avec Hardwired.


Bad DylanPogogo : Sorti en début d'année, Pogogo se démarque par un son recherché avec ses influences multiples. Bad Dylan a su montrer encore une fois qu'il est un incontournable de la scène indie électronique montréalaise.


Ital Tek - Bodied : Avec des ambiances léchées et une production sublime, l'album Bodied offre des sonorités rétro (plus ou moins assumées) super efficaces.


Marie Davidson - Working Class Woman : Avec cet album, Marie Davidson confirme encore une fois que Montréal est une ville importante dans le milieu de la musique électronique internationale. Ne la manquez pas en show à Montréal le 1er février 2019.


DJ Tosaka / Dextropropoxyfeensmaak

AutechreNTS Sessions : Depuis 2013 et leur album Exai qui s'étalait sur 8 faces, le duo britannique nous a habitué à des parutions colossales. En 2018, ce ne sont pas moins de 4 sessions de 2 heures chacune qu'ils ont compilées pour la webradio NTS.

Richard Devine - Sort\Lave : Concepteur sonore influent et respecté, Richard Devine travaille pour de grandes firmes américaines. Il également fait paraître depuis 1995 une poignées d'albums et EPs. Sur ce nouvel effort, le musicien a abandonné l'ordinateur pour composer et jouer sur le synthétiseur modulaire avec lequel il tourne depuis quelques années.


Philip D Kick - Pathways : 5 pièces originales d'Om Unit sous le pseudonyme qui lui a permis de populariser la footwork-jungle il a maintenant 7 ans.


Lakker - Die Vergangenheit, Die Gegenwart, Die Zukunft : Une compilation de pièces n'ayant jamais trouvé leur place sur de précédentes parutions du duo irlandais. Mais la qualité est pourtant bel et bien au rendez-vous.


Artistes Variés - Dred Collective Volume 5 : Chaque compilation du collectif basé à Londres réunit les mêmes ingrédients : une grande variété de styles et de producteurs ainsi qu'un enthousiasme communicatif.


Dany Gallant + Guillaume Veilleux / Le Programme

Beat Market - All Good : Avec All Good, Beat Market prend de l'assurance avec un son beaucoup plus dancefloor que le cinématographique Sun Machine. On a aimé le côté plus énergique et la collaboration avec KNLO pour plus de Chaude Chaleur. À écouter avec les yeux en live.


Polo & Pan - Caravelle (Deluxe) : Le duo, composé des DJ et producteurs Alexandre Grynzspan (Peter Pan) et Paul Armand Delille (Polocorp), deux artistes bien enthousiastes avec une inspiration ouverte sur le monde, nous a donné sans aucun doute l’un des meilleurs albums d’électro made in France depuis un sacré bout de temps. Caravelle regroupe 4 ans de collaboration en raboutant tous ces singles dans un seul album. On constate ainsi que Polo & Pan ont su imposer un son unique et rafraîchissant sur cette scène électronique plus que saturée. Caravelle c'est glam, c'est exotique, c'est lumineux, c'est ludique, c'est complexe, et un brin inquiétant. À écouter au milieu de la jungle, une margarita à la main.


Jean-Michel Blais - Dans ma main : Suite à son magistral premier album, IL, le pianiste Jean-Michel Blais a poussé davantage sur l’habillage et l’exploration électronique. Celui qui a collaboré avec CFCF dans Cascades, nous propose, avec Dans ma main, un hybride de classique minimaliste et d’electronica, aux ajouts de sons ambiants. Pour l’avoir vu et entendu en première partie d’Olafur Arnalds, cet été, dans le cadre du Festival de Jazz de Montréal, nous pouvons vous dire que Dans ma main aura été un tour de force pour le musicien. Chapeau bas.


Jon HopkinsSingularity : Il s’agit de la cinquième offrande studio pour le Britannique originaire de Kingston au Royaume-Uni. Singularity, qui fait suite à Immunity (2013), présente des textures sonores uniques qui rappellent agréablement le travail de Clark et Vitalic. Des beats pesants, une déstructuration musicale accentuée; tels sont les éléments qui rendent Hopkins si imprévisible dans sa composition. Si la mission du collaborateur de Brian Eno et compositeur de musiques de film était de se renouveler sans tomber dans le piège de la facilité, c’est réussi.


Carpenter Brut
Leather Teeth : Avec Leather Teeth, le producteur français Franck Hueso est au sommet de sa forme. L'album est cohérent du début à la fin et se déploie de manière grandiose. À écouter en courant, en battant le boss de la fin, ou dans un LAN.