Coup de Coeur Retour
23 April 2015

London Cafe à Focus Wales 2015 : jour 1

Melanie Lapierre de London Cafe assiste au festival Focus Wales, qui se tient du 22 au 25 avril. Voici le compte-rendu de sa première journée.


Il faisait beau et chaud en plein coeur de Wrexham en cette soirée du 22 avril. Sous une thématique plutôt heavy rock, voire même presque aux limites du metal, les groupes se sont partagés les deux scènes du Central Station.

Le duo Fall of The Hunter composé de 2 membres de Gobow (les side-projects étant très à la mode là-bas) a débuté remarquablement la soirée avec leur rock progressif instrumental.

Par la suite, direction l'autre scène pour un show de boucane et laser signé Bone Cult. Le projet londonien dégageait une énergie du tonnerre, courant un peu partout avec leurs guitares. Par contre, il ne fallait surtout pas avoir de problèmes de santé avec tous les effets spéciaux de ce programme déjanté aux sonorités rappelant quelque peu nos chers Death From Above 1979.

Après l'electro, retour au rock sale avec Saltwater Injection. Simplement avec une basse et une batterie, le duo d'Ellesmere Port prouvait encore une fois que le punk n'est pas mort.

Pour les amateurs de Britpop et de Northern Soul, Juno and The Mook ont pris d'assault la scène avec une présence énergique, de l'attitude à la Oasis et le look mod à la Paul Weller.

Untitled-1

Vient le tour de Blood Lips, trio à saveur grunge du nord du Pays de Galles. Le groupe commence à prendre du galon (nous les avions vus lors de l'édition précédente du festival) et devient de plus en plus solide musicalement parlant.

S'ensuit Gobow (anciennement nommé Orient Machine) aux diverses influences, du rock à l'ancienne en passant par la pop et le grunge.

Puis, Doppelganger a commencé la soiree trash où les moshpits régnaient abondamment. Mélodies électriques et méga-présence sur scène étaient au rendez-vous.

Untitled-4

Amateurs de rock psychédélique, vous aimerez sûrement Mother of Six qui nous ont offert une performance planante. On aurait juré être retombé dans les 60s avec leurs influences à la Pink Floyd et Jesus and Mary Chain.

Le clou de la soirée : Slaves. La nostalgie du temps du pogo dancing à l'époque Sex Pistols nous rattrape. Bien sûr il ne fallait pas oublier le gros moshpit à l'avant. Il faisait chaud au Central Station.

Untitled-2

On se prépare maintenant pour les conférences et Future Of The Left demain! À bientôt!